Critique du film Antoinette dans les Cévennes


21 septembre 2020

Le film français ANTOINETTE DANS LES CEVENNES a été écrit et réalisé par Caroline VIGNAL. Dans le casting Laure COLAMY, Benjamin LAVERNHE et Olivia COTE.

Le film commence par une chanson d’Amour, « Amoureuse « de Véronique SAMSON. Pourquoi pas ? Sauf que cette chanson est chantée et mimée par une classe de CM1 pour la fête de fin d’année de l’école. L’institutrice : Antoinette, rieuse, pleine de punch,a revêtu une robe en lamé : choix étonnant,décalé. Pour quoi? Pour qui? On comprend vite que cette chanson est adressée à Vladimir, le père d’une de ses élèves quand il la rejoint dans sa classe. Relation passionnée, adultérine.

La fin de l’année scolaire annonce pour Antoinette une semaine de vacances promise par son amant ! Mais non, mais non, Vladimir annonce à Antoinette que vacances en amoureux, il n’y aura pas, sa femme a déjà tout prévu et notamment une randonnée dans les Cévennes avec un âne. Mais Antoinette, toujours sourire aux lèvre ne dit rien et décide, elle aussi, de partir sur les traces non pas de Stevenson mais de son amoureux. La voilà inscrite dans un groupe auquel les kilomètres ne font pas peur, seule à avoir pris l’option « avec âne ». « Patrick », il se nomme et n’en fait qu’à sa tête.

Antoinette arrive de Paris et a plutôt l’habitude des marches urbaines ou des parcs que des chemins empierrés, escarpés. Laure CALAMY dans le rôle d’Antoinette nous amuse beaucoup. Elle doit apprivoiser « Patrick »qui ne veut pas avancer. Peu à peu, elle lui parle de sa vie, de son rapport aux hommes.

L’âne c’est nous tous, on l’écoute, on chemine avec elle, elle sent que l’amitié naissante avec « Patrick » lui permet de réfléchir, d’avancer, de comprendre. Elle change comme on change de paysage. Les rencontres qu’elle fait sont multiples, différentes, improbables. De la bienveillance, il y en aura tout au long de ce chemin.

J’ai aimé ce film qui marche au pas, le pas de « Patrick ».Une véritable relation va s’instaurer entre l’âne et Antoinette. Il faut dire aussi, mais on s’en doutait un peu, Antoinette va croiser la route de son amant et sa famille, mais je ne vous dirai rien de plus sur cette rencontre qui toutefois permettra à Antoinette de se reconstruire différemment. Ce film, c’est une pause rafraichissante, un grand bol d’air dans notre quotidien. Il y a des gags, du rire, de la mélancolie, de la beauté. Laure Calamy est extraordinaire. Elle renvoie quelque chose de lumineux. De son petit nuage, elle redescend, pour y remonter et nous la suivons.

Si vous aimez les paysages magnifiques, si vous aimez les sentiers de randonnée, si vous avez envie de légèreté, ce film est pour vous. J’ai ri, j’ai aimé Antoinette, son optimisme, son amour de la vie.

Marie-Claire Bergère