UN GRAND DE LA MUSIQUE DE FILMS NOUS A QUITTÉ : ENNIO MORRICONE EST DÉCÉDÉ


06 juillet 2020

Ennio Morricone est décédé aujourd’hui à l’âge de quatre vingt onze ans. L’un des grands de la musique de films - et sans aucun doute de la musique tout simplement, celle avec un grand « M » - nous a quitté après nous avoir bercé tant d’années et nous avoir envouté avec ses mélodies intemporelles.

Pour beaucoup il est l’homme de cinq cents et quelque films, mais pour d’autres, au delà de cette remarquable production, il reste celui qui nous accompagna plusieurs décennies durant sur tant et tant de films, qu’il est presque impossible de s’en rappeler la totalité !


Si il semble important de souligner sa production et la qualité de ses compositions, ne perdons jamais de vue qu’avant d’être de la musique de film, les œuvres liées au milieu cinématographique restent avant toutes choses des créations musicales, probablement aussi l’une des façons d’écrire de la musique dite classique, ce qui n’aura jamais été aussi vrai qu’avec le Maestro. Pour avoir eu la chance de le voir en concert en 2017, ce qui fut un moment inoubliable et chargé d’émotion, j’en retire comme une sensation de privilège.

C’est sans doute ce rapport à la composition pure qui m’a toujours le plus émerveillé. Alors qu’on voit trop fréquemment de métrages avec des scores de faibles qualité, où les compositeurs choisis sont d’une école ne laissant pas beaucoup de part à la poésie ou à la beauté ; écouter une œuvre de Morricone, c’est comme laisser entrer de la magie. Il y a tellement à dire, et finalement si peu qui ne l’ai déjà été !

Je voudrais conclure en soulignant que si Morricone nous a quitté il nous a laissé ses œuvres qui elles perdureront, et dans le même temps il aura sû inspirer tant et tant de jeunes compositeurs en leur montrant les chemins qu’ils pouvaient suivre, que son impact est impossible à quantifier.
Je citerai cette phrase du chef du gouvernement italien : Il nous a fait rêver, il nous a émus et fait réfléchir, écrivant des notes inoubliables qui resteront pour toujours dans l’histoire de la musique et du cinéma !

Tout est dit.

Il Maestro… merci pour votre génie et votre poésie !

Sylvain Ménard, Juillet 2020