CONSÉQUENCES, un film de Darko Štante

15 mai 2019

Sur un sujet assez compliqué, Darko Štante filme une histoire aux frontières du banal (tout du moins comme on serait en droit de l’imaginer) et qui n’appartient à aucun pays tant elle s’avère universelle.

Sur fond de problèmes d’adolescence, du rapport des uns aux autres et de la posture à adopter - ceci incluant la violence, le sexe et l’homosexualité - le réalisateur dresse un portrait humaniste et sincère parcouru d’instants qui nous font réfléchir, tandis que d’autres nous semblent particulièrement inconséquents, ce qui nous ramène au titre du film. Filmant ses jeunes acteurs, tous excellents et très impliqués, dans une volonté de rester direct et original, le réalisateur délivre un message au contenu qui nous touche de par sa véracité et sa simplicité. Ne s’attardant pas sur certaines scènes et développant son sujet au cours de plans séquences plus ou moins longs, il privilégie une direction d’acteurs où les rôles furent attribués après de longues répétitions et en ayant créé un groupe où les connections seraient nombreuses, ce qui est visible à l’écran. Plus que des acteurs, ce sont des personnages qui interagissent ici.

Darko Štante évite ainsi les clichés et la facilité, insufflant une dynamique originale (ce qui n’est pas aussi évident qu’il y paraît), sans se complaire dans la dénonciation facile, ni le jugement péremptoire. Ayant travaillé avec des jeunes dans des centres de redressement, il connaît son sujet, les troubles que peuvent connaître ces adolescents, sans oublier les éducateurs et leur conditionnement par rapport à l’homosexualité. Tout ceci concoure à rendre le film prenant et sincère, troublant également - il faut se l’avouer - mais dénué de tout jugement. De la sincérité de leurs sentiments respectifs à la fascination de certains actes ou de leurs rejet du monde tel qu’ils le conçoivent (et l’envisagent), Štante observe ces moments qui s’entremêlent, ces destins qui se décident, avec finesse et certainement une forme de tendresse.

La trahison, la déception et l’incompréhension face aux adultes (les relations de Andrej avec ses parents) sont mis en exergue et soulignent étonnamment bien ces péripéties. Les niveaux de lecture sont donc multiples et nous amènent à nous interroger sur nos propres conceptions, notre tolérance et notre capacité à comprendre ce qui relève de schémas trop extrêmes.
S’y ajoute une réflexion déterminante et particulèrement attristante mais juste sur Internet et les réseaux sociaux, qui de plus en plus apparaissent comme des générateurs d’exclusions ou d’injustices ! Le comble quand on y réfléchit, pour un système sensé rapprocher les gens…

Le film sort en salles le 19 juin 2019.

Le synopsis:
A 17 ans, Andrej est placé dans un centre de détention pour mineurs. Il y intègre un groupe de garçons délinquants avec lesquels il va se perdre dans la drogue et la violence. Mais bientôt les désirs d'Andrej le rattrapent, notamment ceux en relation avec ce qu’il ressent pour le chef du groupe Zelko, qui le fascine ! Poussé à commettre des délits de plus en plus graves, partagé entre cette fascination et ce qu’il ressent réellement, les conséquences risquent d’être irréversibles…

Sylvain Ménard, mai 2019

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article