A voir absolument : A couteaux Tirés

03 mars 2020 à 18h48

A couteaux tirés est un film écrit et réalisé par Rian Johnson (USA 2019) avec Brian Craig, Chris Evens, Ana de Armas, Jamie Lee Curtis, Michael Hannon, Don Johnson, Toni Colette et Christopher Plummer.

Synospsis: Célèbre auteur de romans policiers, Harlan Thrombey est retrouvé mort dans son somptueux manoir le soir de ses 85 ans. Suicide? Crime? Le détective Benoit Blanc est alors engagé par un commanditaire anonyme pour répondre à cette question.

ACT001.jpg (499 KB)

Ce que nos rédacteurs en ont pensé :

Marie-Claire Bergère : 

"Enquête mouvementée, remplie de mensonges et de fausses pistes, véritable puzzle qui nous tient en haleine durant 2h10. Le mystère plane et l'on s’amuse de tout, de l'ambiance British, de ce manoir, de toutes ces histoires de famille. Film malin, intriguant. Un polar passionnant dans la lignée Hitchcock et d'Agatha Christie, avec un scénario habilement ficelé, des rebondissements menés à un rythme endiablé, un humour savoureux. Ce film nous prend à rebours. Alors que logiquement il aurait dû nous mettre dans la tête du détective pour nous laisser juger de la véracité des témoignages, il nous place dans la tête des différents suspects pour découvrir leurs plus viles faces cachées pouvant conduire à leur culpabilité. En transparence, nous y voyons les critiques de l'Amérique de Trump. Cette famille blanche, riche et hypocrite opposée à une jeune immigrée sud-américaine.

2 h10 de plaisir pour un polar réinventé, plein d'humour avec un casting au top. Dehors, il faisait un soleil extra et nous regrettions un peu de nous enfermer pendant plus de 2 heures. Mais en sortant, le soleil brillait toujours et nous n'avons pas vu le temps passer, tenus en haleine de bout en bout et super satisfaits d'avoir vu ce film réjouissant."

Sylvain Ménard :

" Ce film de Rian Johnson est une agréable surprise dans un paysage cinématographique souvent un peu violent ou glauque lorsqu’il relève du film policier. Ici, c’est à une enquête aux rebondissements incessants et à la trame savoureuse et millimétrée à souhait que nous avons à faire, car la substance même du scénario et du jeu d’acteurs renvoient à ces délicieuses séries anglaises et américaines et on peut penser à Colombo ou Arabesque, un clin d’œil étant d’ailleurs fait à cette dernière. Le réalisateur développe une histoire aussi évidente que connue, mais s’appuie sur un casting pléthorique et porté par un enthousiasme bien visible à l’écran. Car c’est bien de cette surenchère d’acteurs faisant irruption à l’écran que nait le plaisir ; d’une Jamie Lee Curtis que nous avons toujours autant de bonheur à voir, à Tony Colette toujours aussi épatante, en passant par un Chris Evans horripilant à souhait et totalement imbu de sa personne, sans oublier un Daniel Craig qu’on avait rarement vu aussi « anglais » ou un Michael Shannon quelque peu roublard quand il n’est tout simplement pas victime. C’est compter bien sûr sur la fraicheur et la force du personnage central interprétée par Ana de Armas, sans oublier quelques vieux seconds rôles comme Don Johnson, personnage qu’on catalogue immédiatement dans les inutiles et les pique assiettes. Comme vous l’aurez donc compris c’est un pur produit anglo-saxon - le langage allant avec - que nous avons la chance de découvrir là, une œuvre qui laisse ses personnages parler, qui joue avec nos impressions, nous mène en bateau tout en nous faisant découvrir au fur et à mesure quelques indices essentiels. Quand on parle de langage, il faut être précis : on peut reprocher souvent à maints films un discours violent et, trop souvent, des dialogues qui vont avec, on fera donc l’impasse sur les quelques citations fleuries voire colorées, ou très colorées de films de ce genre. Ici on sent une érudition, un rythme dans les dialogues qui fait plaisir à entendre, et montre, la salle était remplie, que ce cinéma là a sa place dans notre monde cinématographique. A ce propos d’ailleurs on remarque assez souvent que le cinéma nous donne de belles impressions quand il nous épargne les calembours ridicules et les mots outranciers. Il faut donc rendre grâce à Rian Johnson pour cet équilibre qu’il a su créer et à la force qu’il a insufflé dans ses personnages !

Par delà ces évidentes qualités, le film ne souffre ni de temps morts ni d’une quelconque faiblesse au niveau de l’interprétation ; et nous soulignerons également la jolie photo de Steve Yedlin qu’accompagne un score diaboliquement efficace de Nathan Johnson ! Tout ceci concourant à faire de ce métrage une réussite indéniable que les spectateurs lassés de voir les mêmes scénarios ou rebondissements s’empresseront d’aller voir en salle, souhaitons-le !

Tourné entre fin octobre et décembre 2018, le film bénéficie d’un cadre idéal, de paysages naturels et d’un décor de maison dans le plus pur style néo-classique, et de fait quasiment victorien. Il ne faut pas non plus s’étonner que Rian Johnson ait reconnu avoir eu comme influences des œuvres anglaises d’Agatha Christie, elles-mêmes adaptées au cinéma ; Meurtre au soleil ou encore Mort sur le Nil.
Sorte de chasse au trésor, où chacun est finalement trouble, voire double, où chacun n’a qu’une idée en tête profiter des largesses du grand écrivain ; le réalisateur pose son enquête à l’instar de ces vieilles productions où les anglo-saxons excellaient ! Élégamment interprété, regorgeant de clins d’œil et de bons jeux de mots, le film non seulement nous permet d’avoir droit à des vrais numéros d’acteurs, mais en sus au retour de certains se faisant trop rares, comme Don Johnson ou le grand Christopher Plummer dans le rôle de ce patriarche excessif, père et grand père oppressant et dictateur à ses heures !"

ACT003.jpg (567 KB)

Fiche technique :

Knives Out (À couteaux tirés)
Réalisation et scénario : Rian Johnson
Direction artistique : Jeremy Woodward
Décors : David Crank
Costumes : Jenny Eagan
Photographie : Steve Yedlin
Montage : Bob Ducsay
Musique : Nathan Johnson
Production : Ram Bergman et Rian Johnson
Producteur délégué : Tom Karnowski
Durée : 130 minutes

Distribution
Daniel Craig : Benoit Blanc
Ana de Armas : Marta Cabrera
Jamie Lee Curtis : Linda Drysdale
Chris Evans : Hugh « Ransom » Drysdale
Toni Collette : Joni Thrombey
Don Johnson : Richard Drysdale
Michael Shannon : Walter Thrombey
Lakeith Stanfield : l'inspecteur Elliott
Noah Segan : l'agent Wagner
Katherine Langford : Meg Thrombey
Jaeden Martell : Jacob Thrombey
Christopher Plummer : Harlan Thrombey
Frank Oz : Alan Stevens
Edi Patterson : Fran
Joseph Gordon-Levitt : un inspecteur (caméo)
M. Emmet Walsh : le garde
Raúl Castillo : un policier
Shyrley Rodriguez : Alicia
Riki Lindhome : Donna Thrombey

Voir aussi